LE PAPILLON DU PALMIER

Paysandisia Archon

PAPILLON DU PALMIER

Nom: Paysandisia Archon
Taille: - Larve, grosse chenille blanchâtre, grasse,
               de 8 à 10 cm de long,
             - Papillon avec une envergure de 9 à 11 cm.
Caractéristique du papillon:
        - Les ailes antérieures sont vert-bronze foncé striées de brun.
        - les ailes postérieures sont rouge orangé brillant avec des marques grasses noir et blanc.
        - La femelle, en général plus grande que le mâle,    aux ailes moins colorées et à de discrets ocelles sur les deux faces des ailes antérieures.
        - À l’instar d’autres castniidés, cette espèce vole de jour et a des antennes en massue.
              

Généralités et cycle de vie:

Paysandisia archon est originaire d’Amérique du Sud, il est présent en France depuis 2001. Il a été introduit accidentellement lors de l’importation de palmiers en provenance d’Argentine. Actuellement, aucun prédateur ou parasite n’a été capable de réguler sa population.

L’adulte est un grand papillon diurne dont l’envergure peut aller jusqu’à 11 cm. Son vol a lieu de mai à début octobre. Ses ailes antérieures sont marrons, et ses ailes postérieures sont rouge-orangé avec des taches noires et blanches. Ce ravageur se caractérise par une seule génération annuelle. Un cycle de vie complet peut durer entre un et deux ans.

Une femelle pond entre 150 et 200 œufs sur une durée de 15 jours en moyenne. Les jeunes chenilles, après éclosion, pénètrent rapidement dans les tissus du palmier, creusant des galeries, majoritairement longitudinales, de 20 à 30 cm de long en moyenne. La larve de couleur blanche peut atteindre très rapidement 8 cm de long. Puis la chenille se dirige à la périphérie du stipe et forme son cocon afin d’effectuer sa nymphose.

Impacts:

En causant le dépérissement de nombreux palmiers dans le Sud de la France, ce papillon est la cause des dégâts importants sur les arbres ornementaux des particuliers et des collectivités. Sa large gamme d’hôte et l’absence de prédateur ou parasite naturel en font un ravageur préoccupant.

Parmi la vingtaine d’espèces de palmiers susceptibles d’être attaquées, on répertorie :

Brahea edulis, B. armata, Butia yatay, B. capitata, Phoenix canariensis, P. dactylifera, P. sylvestris, P. roeblenii, Chamaerops humilis, Livistona chinensis, L. australis, L. decipiens, L. saribus, Trachycarpus fortunei, Thrithrinax campestris, Washingtonia filifera, W. robusta, Sabal mexicana, S. palmetto, S. minor.

Les palmiers listés agrémentent les jardins et les espaces verts du littoral méditerranéen. Seul le C. humilis appartient à la flore naturelle française.

Symptômes:

Les dégâts observés sur palmiers sont dus à la consommation de l’intérieur du stipe par les chenilles de Paysandisia archon. Les premiers symptômes apparaissent plusieurs mois après sa pénétration :

          • Présence de sciure sur le stipe ;

          • perforation des palmes ;

          • observation de galeries de sortie à la base des palmes ;

          • jaunissement prématuré des palmes ;

          • apparition de gomme à l’entrée de la galerie dans le stipe (observable en été);

          • dessèchement et développement anormal des palmes centrales (observable au printemps et en été).

Par la suite, selon la taille, l’âge, l’espèce de palmier et le nombre de chenilles dans le stipe, la plante peut dépérir.

Lutte biologique:
  • Traitement avec des préparations à base de nématodes entomopathogènes de l’espèce Steinernema carpocapsae. 

  • Traitement avec des préparations sous forme de micro-granulés contenant des spores du champignon entomopathogène Beauveria bassiana (Se reporter à l’annexe de l’arrêté du 5 juin 2009 – le produit est réservé à un usage professionnel).

© 2019 par FIP CONSEIL. Mentions légales.